OSMTH FRANCE GPFT (ONG à l'ONU)

OSMTH FRANCE GPFT ONG ONU SITE OFFICIEL HISTORIQUE,fr.osmth.org,osmthfrance.com,osmthfrance.org,osmth-france.org

                GPFT ARMOIRIES  GRAND PRIEURE DE FRANCE DU TEMPLE
                                                               Membre fondateur de l' OSMTH *
                                        (Sovereign Military Order of the Temple of Jerusalem)
    Organisation Non Gouvernementale à caractère consultatif spécial aux Nations Unies (ECOSOC N°19885)
                      Membre du D.P.I./ ONU et du CoNGO (Conférence des ONG à statut consultatif)
                               Membre du Conseil d'Administration du Bureau International de la Paix
                              Membre de la Plateforme des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne
     
  *Ordre International régi en France par la loi de 1901 et représenté en France exclusivement par le GPFT,
* OSMTH (Sovereign Military Order of the Temple of jerusalem) en Anglais
 
 
 
                                                                      HISTORIQUE DE L'ORDRE DU TEMPLE
 
 
 
 L’ordre du Temple moderne est une organisation Chrétienne œcuménique fondée en 1804 par le Docteur Fabre-Palaprat avec le soutien de Napoléon 1er, et reconnue officiellement en 1853 par Napoléon III. l’Ordre fait référence aux traditions des Chevaliers Templiers du moyen-age. Il se recommande de l’esprit de l’ancien Ordre fondé par Hugues de Payens en 1118 et dissout par le Pape Clément V en 1312, mais ne revendique aucune descendance directe de celui-ci.
 
Pourquoi ce nom ? Au moyen-age, les deux principaux ordres de chevalerie étaient les Johannites (Ordre de Malte), qui avaient une mission d’hospitaliers, et les Templiers, dont le rôle était la protection des pèlerins en Terre Sainte. Si cela avait été le seul rôle des Templiers, ils seraient tombés dans l’oubli depuis bien longtemps. Le besoin de services se faisant sentir, l’Ordre des Chevaliers Templiers se développa rapidement en un réseau de transport, de services bancaires et de sécurité au sein duquel les soldats les mieux éduqués et les plus motivés aspiraient à servir. L’Ordre était considéré favorablement par les Rois et les Princes de l’Europe médiévale, et bien sûr ils eurent recours à ses services. D’un autre côté, son influence et son pouvoir croissants entraînèrent la méfiance. Les contacts de l’ordre avec le monde islamique entraînèrent sa perte, car ils donnèrent à ses ennemis un prétexte facile pour prétendre que les templiers avaient déviés de la seule et vraie Foi et étaient devenus des hérétiques. Fabre-Palaprat était issu de l’âge des lumières, avec des idéaux humanitaires et humanistes.
 Les concepts de "templier" et de "templarité" devinrent pour lui synonymes  de secours, de protection, de décence , d'engagement et de comportement chevaleresque. Il basa donc son nouvel Ordre du Temple sur ces idéaux. Pour ces raisons, l’ordre compta au cours du 19ème siècle des membres très influents et des protecteurs in "alto loco". L’Ordre  se développant au summum  de la période romantique,  le nom des templiers fut associé avec le monde mystique romantique dans lequel les légendes telles que celles du trésor perdu des templiers, de  l’Arche d’Alliance, du Saint Sépulcre, du Saint Graal et les légendes de Roslyn jouèrent un rôle important. Avec la mort de Napoléon III, l’Ordre perdit son protecteur le plus puissant.  Handicapé par de multiples guerres qui empêchèrent toute tentative de cohésion de l’Ordre International du Temple, le mouvement templier se dispersa.
 
De nos jours encore, il existe des dizaines de groupes qui font référence d’une manière ou d’une autre au nom des templiers. Les descendants directs des templiers de Fabre-Palaprat sont, cependant les templiers qui ont porté le nom de Ordo Supremus Militaris Templi Hyerosolymitani depuis 1932. Cependant, même ce groupe a fait l’objet de divisions en au moins 3 groupes distincts, souvent des factions rivales.
 
En 1995, lassés du manque de transparence de la régence Portugaise et de l'absence d'élections démocratiques, devant le risque que la "régence" devienne héréditaire, en contradiction avec toutes les traditions de l'Ordre, dont les Grands Maitres étaient traditionnellement élus, se rassemblèrent une première fois à Salzburg, en Autriche, et mirent sur pied un Grand Conseil des Grands Prieurs.
 
En 1996, la majorité des templiers OSMTH (principalement regroupés au sein des Grands Prieurés d’Autriche, France, Italie, Finlande, Angleterre et Pays de Galles,  OTAN et USA) se rassemblèrent  de nouveau dans la ville Autrichienne  de Salzburg et adoptèrent démocratiquement plusieurs résolutions pour restructurer et moderniser l’Ordre. Une des décisions majeures fut de retirer sa reconnaissance au régent de l’Ordre, Fernando de Sousa-Fontes, pour mauvaise gestion et comportement irrégulier. La petite minorité qui refusa de s’aligner sur les décisions prises démocratiquement  est actuellement connue sous le nom de "OSMTH-Régence" ou "OSMTH-Porto"
Depuis, de nouvaux Grand Prieurés se sont développés: Bulgarie, Canada, Grèce, Mexique, Novège, Portugal, Serbie, et d'autres sont en voie de développement. Nous avons actuellement 15 Grand Prieurés Nationaux, plus de 25 entités nationales organisées dans d'autres pays, et des représentants dans plus de 25 autres nations.
 
L’OSMTH dont nous faisons partie est conséquemment le groupe Templier le plus important et le mieux organisé  à ce jour. C’est une organisation  apolitique à buts non lucratifs enregistrée à Genève, en Suisse, sous le numéro d’enregistrement fédéral CH-660.197299-4. Chaque Grand Prieuré autonome est national et engagé pour l’amélioration des choses dans son propre pays. Notre Ordre est voué à la préservation de la liberté, qui est la base essentielle de la liberté de conscience et de religion pour tous, et de l’efficacité des bonnes actions.
 Mais la principale mission des Templiers modernes est l'action diplomatique, caritative et humanitaire. L’Ordre accompli sa mission au travers d’œuvres charitables, localement et en Terre Sainte, pour aider les peuples à s’aider eux-mêmes, et en cela renforcer l’espoir. Les vertus de Foi, d'Espoir et de Charité sont les lumières qui guident  l’Ordre Suprême Militaire du Temple de Jérusalem, dont les membres  souhaitent servir, tout comme les chevaliers des origines ont servi. La devise de l’ordre "Non nobis, Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam" est tirée du Psaume 115, verset 1 "Pas à nous, Seigneur, pas à nous, mais à Ton Nom seul donne la Gloire ».
 
Aujourd’hui, l’OSMTH est un ordre chevaleresque séculier militaire, une chevalerie faite pour des hommes (chevaliers KTJ) ou des femmes (Dames) Chrétiens, civils ou militaires, ayant démontrés qu’ils possèdent une éthique élevée ainsi que des principes moraux, et souhaitent poursuivre les traditions du Temple. Il est reconnu depuis Juillet 2002 par les Nations Unies comme Organisation Non Gouvernementale à statut Consultatif Spécial, membre du DPI (Departement of Public Information) auprès du Secrétariat Général de l'ONU depuis 2006,  et siège depuis 2008 au Conseil d'Administration du Bureau International de la Paix dont il est membre depuis 2001 (le BIP a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1910).
L'OSMTH( Sovereign Military Order of the Temple of Jerusalem) a été reconduit dans son statut consultatif spécial par l'ONU pour une nouvelle période de 4 ans en 2006, puis une nouvelle fois en 2010.
L'OSMTH est membre de la Plateforme des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne depuis 2008.
 
Exemple de Grand Prieuré de l'OSMTH, le Grand Prieuré de France du Temple, ou GPFT, est déclaré en France au journal de la République Française et est indépendant et autonome. Il reconnaît la constitution de la cinquième république comme étant la référence suprême et souveraine de la loi publique.
 
 
Le Grand Prieuré de France élit son président et son bureau tous les ans. L’ordre, en ces temps de matérialisme et d’humanisme séculier, cherche, par la reconstitution d’un ordre chevaleresque ancien, à adopter une organisation dont l’efficacité a été prouvée pour attirer la participation et l’engagement des dirigeants, et à montrer que l’idéalisme spirituel oecuménique est très certainement utile et non contraire à la sensibilité aux traditions, ni contraire au patriotisme et aux devoirs civiques. La parole, et non l’épée, est l'arme des templiers modernes. Nous l’utilisons pour servir la Paix, pour venir en aide aux opprimés, pour soutenir les Frères et Sœurs, pour développer l’enseignement, promouvoir et propager ces valeurs qui représentent le meilleur des traditions chrétiennes, humanistes et chevaleresques. Mais, bien entendu, l’action doit suivre les déclarations de bonnes intentions…

Date de dernière mise à jour : 29/10/2011